Manhattan

Ça fait longtemps que je veux le présenter celui-là mais j’avais toujours une bonne raison pour le déplacer.  Un bon cocktail puissant et viril, d’avantage destiné aux amateurs de sensation forte.  Malgré le fait qu’il soit d’une simplicité déconcertante à faire, trop peu de resto-bars savent bien le réussir.  Je vous présente ici mon secret pour un Manhattan qui vous surprendra!

Manhattan

Ingrédients:

  • 1 trait d’absinthe
  • 2oz de bourbon
  • 1oz de vermouth rouge
  • 1 trait de Luxardo Maraschino
  • 1 trait d’amer aromatique Angostura
  • 1 trait d’amer à l’orange Bitter Cube
  • 1 cerise à cocktail
  • 1 zeste d’orange

 

Méthode:

  • Rincer la coupe de service avec l’absinthe.
  • Dans un verre à mélanger ajouter le bourbon, le vermouth, la liqueur de Maraschino et les amers.
  • Ajouter de la glace et mélanger à la cuillère pour refroidir.
  • Filtrer dans la coupe de service.
  • Prélever un zeste d’orange et l’exprimer au-dessus du verre.
  • Frotter le bord du verre avec le zeste avant de le déposer dans le cocktail.
  • Ajouter une cerise à cocktail.
  • Servir.

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour obtenir plus de détails sur nos cocktails

www.facebook.com/SimplementCocktail

www.instagram.com/SimplementCocktail

 

Pour plus d’information sur cette chronique, consultez notre site web

www.simplementcocktail.com

 

Histoire

Le cocktail Manhattan a été développé au 19ième siècle.  L’origine la plus populaire stipule qu’il aurait été développé au début des années 1870 par Iain Marshall au Manhattan club de New-York lors d’un banquet organisé par la mère de Sir Winston Churchill, Jennie Jerome en l’honneur de Samuel J. Tilden alors candidat à l’élection présidentielle.

Le succès de ce banquet a moussé la popularité de ce cocktail si bien que les clients le demandaient en le nommant par le nom du bar soit le cocktail du Manhattan.

Originalement le Manhattan était conçu avec du rye whisky à taux d’alcool d’au moins 50%, du vermouth italien et de l’amer Angostura.  Durant la prohibition, les bars ont eu tendance à utiliser le whisky canadien qui était plus accessible.  Aujourd’hui, il est plus souvent qu’autrement préparé avec du bourbon.

 

Méthode détaillée

À la base, 2oz de bourbon, 1oz de vermouth doux et 1 trait d’Angostura et vous avez un Manhattan digne de ce nom en autant que vous le réalisiez à la cuillère.  J’admets que la version que je vous propose est un peu plus complexe mais le résultat récompensera les efforts supplémentaires.

Je commence par remplir une coupe de glace.  Puis je commence à préparer le cocktail.  J’ajoute le bourbon, le vermouth, la liqueur de Maraschino, l’amer Angostura et l’amer à l’orange dans un verre à mélanger.

J’aime bien utiliser un bourbon mi-corsé voir corsé et assez puissant en alcool.  Le Maker’s Mark est un excellent choix.  Pour le vermouth, je recommande un vermouth rouge fait à base de vin.  Pour le trait de Maraschino, il ne faut pas trop en mettre car cet apéritif est très gouteux.  Si vous voulez calculer, la moitié du quart d’oz dans votre doseur c’est amplement suffisant.  Le mix des amers Angostura et à l’orange de Bitter Cube ajoute une complexité très intéressante mariant à merveille le bourbon Maker’s Mark.  Si vous n’avez pas d’amer à l’orange, utiliser 2 traits d’amer Angostura à la place.

On continue en transvidant la glace de la coupe qui est refroidie vers le verre à mélanger puis on mélange à la cuillère.  Trop de gens réalise le Manhattan au shaker ce qui est catastrophique car cela change le goût et dilue trop le cocktail.  Évitez également de le servir sur glace car cela diluera trop le cocktail.

Utilisez un vaporisateur pour asperger une fine couche d’absinthe dans la coupe de service.  Si vous n’en possédez pas, versez simplement un peu d’absinthe dans le verre et assurez-vous que l’alcool a fait le tour de toutes les parois. Videz l’excédent.  Ne le buvez pas afin de préserver vos papilles pour mieux apprécier le cocktail.

Puis on filtre le cocktail dans la coupe.  Ensuite on dépose une cerise au fond de la coupe et on extrait un zeste d’orange que l’on exprimer par-dessus le verre.  Avant de le déposer dans le cocktail, frotter le contour du verre avec le zeste.

Et voilà, vous êtes prêt à savourer toute la complexité de ce fameux Manhattan.

 

Dégustation

La couleur rouge vin du cocktail tire sur le brun selon l’angle dans lequel on l’observe.  Au nez, on distingue bien l’absinthe et le vermouth.  Toute la complexité s’exprime en bouche où les goûts de la liqueur Maraschino, du vermouth et du bourbon traversent nos papilles les unes après les autres.  On distingue le vin rouge du vermouth et le caramel du bourbon.  La finale toute en puissance et légèrement sèche est soutenue par l’absinthe.  Ce cocktail figure parmi mes préférés!

 

Référence

Wikipedia, Manhattan (cocktail), page consultée le 19 février 2018.

Cocktail Classique, Manhattan, page consultée le 19 février 2018.

1001 Cocktails, Manhattan, page consultée le 19 février 2018.