Martini

Un cocktail classique, connu de tous conçu avec deux ingrédients mélangés à la cuillère. Le martini semble être le cocktail le plus simple à réaliser de la terre. Pourtant, obtenir un martini digne de ce nom relève de l’exploit que trop peu de gens réussissent. J’ai réussi à percer le mystère, je vous explique comment!

Martini

Ingrédients:

  • 1.5oz de gin Canope
  • 0.5oz de Vermouth Dolin blanc
  • 1 trait d’amer à l’orange Bitter Cube
  • Zeste de citron
  • 1 olive verte

Méthode:

  • Verser le gin, le vermouth et l’amer à l’orange dans un verre à mélanger.
  • Ajouter de la glace et mélanger à la cuillère pour refroidir.
  • Filtrer dans une coupe froide.
  • Décorer d’un zeste de citron.
  • Déposer une olive verte dans le verre.
  • Servir.

 

Histoire

Le Martini a été publié pour la première fois en 1895 aux États-Unis par George J. Kappeler dans son livre « Modern American Drinks ». Ce cocktail lui a été inspiré par le Martinez développé quelques années plus tôt par Jerry Thomas. La recette que je propose s’apparente à celle de Kappeler. Quelques années plus tard, en 1904, le barman Frank P. Newman a légèrement modifié la recette en modifiant les doses, en enlevant l’amer à l’orange et le zeste de citron. Il l’a lui aussi publié dans son livre mais sous le nom de dry martini. Vu la similitude des cocktails, on comprend pourquoi on les confond plus souvent qu’autrement. On recommandait d’utiliser un gin très froid, voire de le conserver au congélateur et de mélanger le cocktail à la cuillère pour minimiser la dilution et conserver la texture claire du cocktail. L’idée de mettre le gin au congélateur est « d’endormir » les arômes.

Une légende dit que certains bars imposaient un test de goût aux nouveaux barman postulant et leurs demandaient d’identifier le vermouth utilisé dans le martini. Une tâche très difficile, surtout sous la pression !

Le cocktail a gagné en popularité pendant la prohibition puisque le gin était plus rapide à produire que le whisky. Mais c’est dans les années 60 que le cocktail a réellement conquis tous les amateurs, moussé par le personnage James Bond qui en faisait son cocktail de prédilection. Par contre, pour être plus précis, James Bond commande toujours un vodka martini au shaker, et dans Casino Royal, il a nommé ce cocktail le Vesper, nom du personnage féminin qui l’accompagnait au fameux tournoi de poker. Le Vesper est normalement préparé avec du Lillet au lieu du vermouth sec.

Notons que plusieurs personnages importants de l’histoire ont publiquement avoué leur amour du martini, notamment Ernest Hemingway, Franklin Delano Roosevelt et Winston Churchill.

 

Méthode détaillée

Je commence toujours par remplir la coupe de service de glace. Puis dans un verre à mélanger je verse le gin, le vermouth et l’amer à l’orange.

Le choix des ingrédients dans ce cocktail est archi important. Je me souviens être allé voir un film de James Bond au cinéma avec un ami et au retour, nous nous sommes fait un martini avec le dry gin que j’avais sous la main et un vermouth sec quelconque. C’était littéralement imbuvable. Le gin Canope que je recommande est plus doux et il se marie à merveille avec les arômes du vermouth Dolin blanc. Cela donne un cocktail subtil et complexe malgré sa puissance. On réussit également à distinguer le goût du vermouth qui n’est pas camouflé par la puissance du gin.

Pour poursuivre le cocktail, je réutilise la glace de la coupe de service dans le verre à mélanger pour refroidir le cocktail avant de le filtrer dans la coupe.

Le cocktail est servi sans glace, idéalement avec une olive au fond du verre. En bonus, vous pouvez extraire un zeste de citron, cela ajoute une touche de complexité et reproduit à merveille la version de 1895!

On le sert immédiatement car il doit être consommé froid.

 

Dégustation

On goute bien le gin en premier mais le vermouth embarque et nous donne une belle amertume à la fois sèche et fruitée. Le cocktail est subtil, complexe et tout en puissance.

 

Référence

PARSONS, Brad Thomas (2011). Bitters. New-York: Ten speed press, 234 pages.

Wikipedia, Martini (cocktail), page consultée le 12 février 2018.

1001cocktails, Dry Martini, page consultée le 12 février 2018.

1001cocktails, Martini, page consultée le 12 février 2018.

1001cocktails, Martinez, page consultée le 12 février 2018.