Eduardo

Vous pensiez être sorti de votre zone de confort à la mi-février avec le Baijiu ? Vous avez raison mais cette semaine on reste dans le même esprit. Je vous présente mon spiritueux de prédilection qui nous amène complètement ailleurs de ce à quoi on est habitué: le Mezcal!

Eduardo

Ingrédients:

  • 1.5oz de Mezcal Reposado
  • 1oz de Vermouth Le Lab
  • 0.5oz de Campari

Méthode:

  • Remplir un verre old fashioned de glace.
  • Ajouter tous les ingrédients.
  • Mélanger à la cuillère pour refroidir.
  • Servir

 

Histoire

Eduardo, c’est notre ami mexicain. Il a une compagnie de transport et c’est toujours lui qui nous transporte entre l’aéroport de Cancun et Playa Del Carmen lorsque nous allons faire un tour dans ce coin de pays. Nous y allons régulièrement.

C’est un homme calme, très gentil et qui a de très belle valeur. Il est d’une fiabilité déconcertante dans un pays ou parfois, l’attente est longue malgré un accord préalablement établie. Mais Eduardo lui, il est toujours là comme prévu!

Eduardo est en amour, en amour avec une italienne. Marié et père de famille, on bon jour il a tout laissez tomber pour cette belle italienne rencontrée par hasard. Lorsqu’il parle de sa nouvelle épouse, Eduardo a les yeux brillants, son visage s’illumine. Son amour pour sa femme est palpable et c’est ce qui m’a inspiré ce cocktail. Vous remarquerez d’ailleurs qu’il contient trois ingrédients. Le mezcal, typique mexicain représente Eduardo. Le campari est un apéritif amer italien de prédilection. Il représente son épouse. Le vermouth Le Lab, conçu dans les cantons de l’est quant à lui complète ce cercle d’amitié entre nous.

 

Mezcal

Le mezcal diffère de la tequila en plusieurs point. C’est d’abord un alcool d’agave mais pas nécessairement de l’agave bleu. La variété que l’on retrouve le plus est l’agave Espadin. L’appellation d’origine contrôlée restreint aussi les états qui peuvent produire du mezcal. Le Mezcal est principalement distillé dans l’état du Oaxaca tandis que la tequila c’est plutôt l’état de Jalisco. La méthode de production est aussi différente. Le mezcal a un procédé de fabrication plus artisanal. De plus, le cœur de l’agave est cuit. Ce qui lui donne des notes de cuir et de fumée. Enfin, les mexicains ont tendance à introduire une larve (gusano) dans les bouteilles pour le différencier la tequila. Cette larve est en fait une chenille qui deviendra un papillon de nuit qui se nourrit dans la plante. Pas d’inquiétude, le Canada a interdit l’importation de mezcal contenant des larves donc vous n’en retrouverez pas en vente au Canada.

Certains disent que de manger la fameuse larve est extrêmement hallucinogène tandis que d’autre, comme mon frère qui s’est exécuté, prétendent le contraire. Pour en avoir le cœur net, il faudra donc essayer!

Le mezcal est disponible en trois catégories soit Joven, un mezcal blanc vieilli 2-3 mois seulement. C’est un mezcal plus rude, plus gouteux et idéal pour les cocktails.  En version reposado, il est vieilli jusqu’à 11 mois ce qui adoucit considérablement le gout. C’est la catégorie que je recommande d’utiliser pour débuter et s’habituer au goût.  Enfin le mezcal añejo est vieilli 1 an ou plus et se consomme comme un bon whisky.  Idéalement accompagné de tranches d’oranges et de sel de gusano.

 

Méthode détaillée

Le cocktail est très simple à réaliser mais le choix des ingrédients est primordial. D’abord, on remplit un verre de type old fashioned de glace. Puis on ajoute le mezcal, le vermouth et le campari. On mélange à la cuillère et voilà que le cocktail est prêt à servir.

Pour le mezcal, je recommande un mezcal reposado afin que le cocktail soit plus doux pour vous habituer tranquillement au goût.

Pour le vermouth, j’en ai testé plusieurs québécois et avec ce mélange, c’est sans l’ombre d’un doute le vermouth Le Lab du vignoble Val Caudalies qui offre le meilleur résultat. Ce vermouth sucré est fabriqué à partir de vin blanc. Il ne faut pas le confondre avec le vermouth blanc sec habituel. Il faut d’avantage le comparer avec un vermouth rouge mais avec des arômes différents.

Finalement, le campari offre une amertume tranchante en finale.

 

Dégustation

L’odeur de cuir domine. En bouche, on distingue bien le goût des trois alcools en séquence. D’abord le cuir, puis le vin blanc et enfin l’amertume du Campari est longue. Mon père a qualifié ce cocktail de « bien assaisonné ». En effet, il est très gouteux et complexe.  Ce cocktail est recommandé pour le scurieux !

 

Référence

Wikipedia, Mezcal, page consultée le 11 février 2018.

Mexique-Découverte, La tequila et le mezcal, page consultée le 11 février 2018.